Toggle navigation
Toggle search

Notre-Dame de l'Epinette

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

L’église Notre-Dame-de-l’Epinette de Libourne doit son nom à la chapelle qu’elle remplace, destinée à accueillir une épine de la couronne du Christ. À la demande d’Aliénor d’Aquitaine, on construit à Libourne une chapelle hors les murs au XIIIe siècle. On prévoit d’y exposer une Sainte Épine qui aurait été acquise par Charlemagne.

L’église Notre-Dame-de-l’Epinette de Libourne doit son nom à la chapelle qu’elle remplace, destinée à accueillir une épine de la couronne du Christ.

À la demande d’Aliénor d’Aquitaine, on construit à Libourne une chapelle hors les murs au XIIIe siècle. On prévoit d’y exposer une Sainte Épine qui aurait été acquise par Charlemagne.

L’édifice est profondément remanié au fil du temps, notamment au XIXe siècle. Il s’agit aujourd’hui d’une vaste église de style néo-gothique. Elle est dotée d’un haut clocher, surmonté d’une flèche en pierre de 71 mètres, reconstruit en 1986.

À l’intérieur, le chœur est orné de vitraux sur lesquels figurent les blasons des grands personnages venus honorer la sainte Épine. Les Saintes Épines exposées dans des édifices religieux en France ont souvent été rapportées par des croisés au Moyen Âge.

Histoire ancienne

 

En 1069 Charlemagne apporte à l’église Saint Thomas première église paroissiale de Libourne une saint épine reçue du patriarche de Jérusalem

En 1120 Guillaume IX duc d’Aquitaine fait construire une chapelle à l’Epinette pour y placer la Sainte Epine. Eleonore de Guyenne avant son départ pour la croisade vient vénérer la Sainte Epine.

En 1308, Edouard II roi d’Angleterre et duc de Guyenne fait rapporter la Sainte Epine à St Thomas pour la préserver des profanations si communes en temps de guerre

En 1364, la Princesse de Galles femme du Prince noir porte la Sainte Epine dans la chapelle de l’Epinette restaurée et consacrée par Helies de Salignac archevêque de Bordeaux. Le père gardien des Cordeliers est chargé du service du sanctuaire. Procession annuelle du clergé et des magistrats de la ville à la chapelle.

Au fil du temps, vinrent en pèlerinage à Condat Du Guesclin (1365), Louis XI  (1462), Charles, duc de Guyenne (1469), Anne de Bretagne (1514)

En 1564 les huguenots de Guitres et de Coutras ravagent le sanctuaire et la Sainte Epinedisparaît

En 1600 la Sainte Epine, retrouvée, est reconnue authentique par le cardinal de Sourdis

En 1609 le cardinal de Sourdis transporte solennellement la Sainte Epine à l’Eglise St Jean devenue paroissiale. Les bénéficiers de St Jean sont chargés du service de l’Epinette.

En 1794 la chapelle de l’Epinette est vendue comme bien national à Bernard David. Janeau NOEL soustrait des profanations la Sainte Epine retirée de son reliquaire par le commissaire de la commune.

En 1803 Janeau NOEL remet la Sainte Epine au curé de Saint Jean.

En 1808 Monseigneur D’AVIAU place la Sainte Epine dans le reliquaire actuel et l’authentifie de son sceau.

Histoire récente

Notre-Dame de l'Epinette

En 1868, Mr BOUTIN nouveau propriétaire de la chapelle de l'Epinette en fait donation à Jean-Auguste GABARD curé de St Ferdinand. Le cardinal DONNET vient visiter la chapelle .Mr CHABANNES archiprêtre bénit la chapelle.

En 1869, Baptême d’une cloche sortie des ateliers de Mr VAUTHIER fondeur à St Emilion.

En 1870, Pose de la première pierre de la nouvelle église par Mr CHABANNES.

En 1875, Bénédiction par le cardinal DONNET des 3 nefs de l’église (architecte Mr HOSTEING).

En 1877, Erection en succursale de la nouvelle paroisse . Nomination comme premier curé de Mr Guillaume MOREAU de Castres.

En 1887, Bénédiction par Mr BERBIGUIER archiprêtre de la chapelle des fonts baptismaux batis sur l’emplacement de l’abside de la chapelle primitive.

En 1892, Msg LECOT archevêque , bénit solennellement la nouvelle église   complétée par la construction de l’abside, la sacristie, les voutes , les bas-cotés, les sculptures.

En 1897, Bénédiction du clocher par Msg BERBIGUIER, vicaire général.

En 1903 Bénédiction, par Mr le curé, de l’autel monumental œuvre de BEAUSOLEIL et PELLETIER des ateliers St Hilaire de Poitiers.

 

Mentions légales © 2012 - Paroisse de Libourne
Secteur pastoral de Libourne (Libourne, Pomerol, Lalande de Pomerol, Les Billaux)

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le contenu demandé est pas disponible en ce moment